Introduction

Jean Jacques Ampère disait : « Les livres font les époques et les nations, comme les époques et les nations font les livres ».Il soulignait ainsi le lien étroit entre la production littéraire et la société dans laquelle elles paraissent.  Dans ce TPE,  nous allons aborder le thème des formes et des figures du pouvoir, à travers la colonisation et son déclin, en étroite liaison avec la littérature de cette époque, qui fut l’interprète de la souffrance des peuples soumis. Pour cela nous avons choisi l’Afrique, période des XIX et XX siècles : de l’assujettissement de l’Afrique par les colons jusqu’à leur indépendance. Ainsi, nous pouvons nous demander quels rôles les intellectuels africains et martiniquais ont joué dans les processus de décolonisation de l’Afrique. Pour cela nous verrons tout d’abord l’exploitation de l’Afrique, puis les processus de décolonisation, enfin, les caractéristiques et les rôles de la littérature africaine dans cette indépendance.

Colonisation dans le monde

Colonisation dans le monde

Différentes colonies

Différentes colonies

Publicités

Conclusion

Durant la colonisation les Européens se sont considérés comme les « sauveurs de l’Afrique », pensant aider les peuples à se développer, en leur apportant la connaissance, par exemple. C’est cette face de la colonisation qu’ils montraient aux métropoles. Mais la réalité fut toute autre, puisqu’ils pillèrent leurs ressources, comme l’or, ils exploitèrent les Hommes, par le travail, et développèrent une forme d’acculturation, promouvant la supériorité de la race blanche. A partir du XX° siècle, les mouvements nationalistes ont commencé à s’affirmer dans les populations colonisées, mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale qu’a commencé la décolonisation. Le processus de la décolonisation a été soutenu par la littérature négro-africaine,  nommé la négritude, un mouvement anti-colonialiste défendant l’identité et la culture du peuple noir. C’est aussi grâce à des écrivains de couleur noire,  comme Aimé Césaire et Léopold Senghor (qui ont dénoncé par leurs témoignages, ces injustices et cet asservissement des peuples colonisés), que le peuple a pu s’affirmer et revendiquer le droit d’exister et de reprendre ainsi possession de leur pays et de ses richesses. Nous constatons que les auteurs ont été les portes-paroles d’un peuple dépourvu de toute instruction et qui, fatalement, n’avait aucun moyen de se défendre et de rejeter l’invasion des ses grandes puissances coloniales.  Ainsi, Aimé Césaire et Léopold Senghor se sont faits les défenseurs de leurs frères noirs, en accusant les colons d’avoir développé de la haine raciale envers eux, le mépris, le non respect et entretenir l’esclavagisme, comme il a longtemps existé dans de nombreux pays. Nous pouvons mettre en parallèle les défenseurs des Africains et le Mahatma Gandhi, qui a dénoncé l’oppression anglaise, et a contribué à l’indépendance de son pays, l’Inde, représentant son peuple et revendiquant le droit à sa liberté, devant le monde entier, au risque de sa vie, hélas, qu’il perdit durant son combat formidable.

Gandhi : "Le Père de la nation Indienne"

Gandhi : « Le Père de la nation Indienne »